(... suite)
Exercice prospère
Pour des raisons fiscales, une entreprise peut avoir intérêt à déclarer un bénéfice important, et donc, maximiser les dotations aux amortissements. Par exemple,
une entreprise qui bénéficie d’exonération temporaire de l’IS (société nouvelle,...), aura intérêt à différer ses amortissements pour les rattraper durant les exercices où elle ne sera plus exonérée.
une entreprise qui veut profiter pleinement du taux minoré de l'IS sur le résultat réinvesti (mesure temporaire), différera ses amortissements pour déclarer un bénéfice important.
etc. ...
Dans tous ces cas, GERONIMO® vous permet non seulement de minimiser (différer) les amortissements de l'exercice, mais également de les récupérer à partir de l'exercice suivant si vous le désirez, et en respectant les règles fiscales de rattrapage.
Reprenons l'exemple vu plus haut en considérant que l'entreprise avait intérêt à maximiser ses bénéfices en 1996. Dans ce but, en 1996, elle a passé la dotation de 87 000.
Supposons également que, dès l'année 1997, l' exonération temporaire sur l'IS de l' entreprise soit terminée. L' entreprise voudra donc minimiser son résultat imposable en 1997.
Comme nous l'avons déjà dit plus haut, compte tenu de l'historique (voir le Tableau 3, identique au Tableau 2), la fourchette légale pour 1997 est
année amortissements déductibles
minimum pratiqués maximum
1997 123 000 votre choix 218 000
Son ampleur est représentée par la partie vertedu Graphique 2.
Voulant minimiser son résultat imposable en 1997, la société passe la dotation maximale (218 000), voir le Tableau 4.
(suite ...)
 
année amortissements déductibles pratiqués
1990 113 000
1991 119 000
1992 125 000
1993 131 000
1994 137 000
1995 144 000
1996  87 000
Tableau 3
La fourchette légale d'amortissement
Graphique 2
année amortissements déductibles pratiqués
1990 113 000
1991 119 000
1992 125 000
1993 131 000
1994 137 000
1995 144 000
1996  87 000
1997 218 000
Tableau 4

© Copyright Lark Consultants, 2001–2016
Tous les droits réservés
Dernière mise à jour le 6 janvier 2016