(... suite)
Exercice difficile
Supposons qu'en 1996 le résultat de la société se dégrade.
Dans ce cas précis, si nous effectuons le diagnostic des amortissements des années antérieures (voir le Tableau 1), les règles fiscales intégrées dans GERONIMO®, nous indiquent une fourchette d' amortissement (la partie verte dans le Graphique 1) qui se situe entre le montant minimum (87 KF) et le montant maximum (172 KF) de dotations légales, déductibles, que la société peut pratiquer en 1996. C'est dans cette fourchette que l' optimisation fiscale va s'opérer.
année amortissements déductibles
minimum pratiqués maximum
1996 87 000 votre choix 172 000
Ainsi, au lieu d'amortir 172 000 (montant calculé par la plupart des logiciels), et compte tenu de sa situation difficile, la société peut choisir une valeur inférieure à l'intérieur de la fourchette légale, par exemple, 87 000 (le minimum). Néanmoins, la loi exige que la dotation résulte de chacun des plans d' amortissement. Il faut donc répartir ces 87 000, immobilisation par immobilisation.
GERONIMO® se charge aussi bien du diagnostic que de la répartition, immobilisation par immobilisation, de la dotation choisie.
L'année suivante, à partir des amortissements passés (voir le Tableau 2), GERONIMO® recalculera une nouvelle fourchette.
année amortissements déductibles
minimum pratiqués maximum
1997 156 000 votre choix 243 000
Celle-ci sera d'autant plus importante que des amortissements qui ont été différés en 1996. GERONIMO® proposera de les récupérer en respectant les règles fiscales.
(suite ...)
année amortissements déductibles pratiqués
1990 113 000
1991 119 000
1992 125 000
1993 131 000
1994 137 000
1995 144 000
Tableau 1
La fourchette légale d'amortissement
Graphique 1
année amortissements déductibles pratiqués
1990 113 000
1991 119 000
1992 125 000
1993 131 000
1994 137 000
1995 144 000
1996  87 000
Tableau 2

© Copyright Lark Consultants, 2001–2016
Tous les droits réservés
Dernière mise à jour le 6 janvier 2016